Accueil » Blog » L’obésité vieillit le cerveau de 10 ans

obésité vieillit cerveau
L’obésité vieillit le cerveau de 10 ans

Effet négatif de l’obésité sur le cerveau des personnes en moyen âge

Le cerveau d’un homme ou d’une femme d’âge moyen et obèse présente les mêmes caractéristiques que celui d’une personne âgée de 10 ans ne présentant pas de surcharge pondérale. La découverte provient d’une recherche de l’Université de Cambridge, publiée dans la revue scientifique « Neurobiology of Aging ».

Des recherches scientifiques confirment que, chez les personnes d’âge moyen fortement en surpoids, le volume du cerveau diminue beaucoup plus rapidement. Actuellement, les chercheurs essaient de savoir la réversibilité de ces changements et s’ils peuvent être corrigés avec une perte de poids.

Le nombre des personnes obèses augmente chaque jour en France et dans le monde entier. Au total, il y a 600 millions de personnes obèses et près de 2 milliards de personnes en surpoids sur la planète. L’Organisation mondiale de la santé OMS en parle comme de la principale menace pour la santé humaine.

effets obésité sur le cerveau

Impacts négatifs de l’obésité massive

On savait déjà que l’obésité augmentait le risque de nombreux problèmes de santé, y compris les problèmes cardiovasculaires, le diabète de type 2 et certains cancers. 

Effet de l’obésité morbide sur le cerveau

Mais à présent, les chercheurs britanniques ont montré que le cerveau avait également des conséquences négatives. En particulier, il peut accélérer la réduction du volume de notre cerveau, effet typique du vieillissement.  

Pour obtenir les résultats concernant l’effet de l’obésité massive sur le cerveau des personnes en moyen, les experts ont analysé les données de 473 personnes en bonne santé âgées de 20 à 87 ans. Les volontaires ont ensuite été répartis en fonction de leur indice de masse corporelle : 246 étaient maigres, 150 en surpoids et 77 obèses. Afin de vérifier l’état de leur cerveau, les personnes ont été soumises à la résonance magnétique.

En les comparant avec ceux maigres, ceux qui étaient en surpoids ou obèses avaient beaucoup moins de volume cérébral. Cependant, ces différences ne sont observées qu’à partir du moyen âge, ce qui suggère que notre cerveau est particulièrement vulnérable une fois ce stade de la vie atteint.

Maintenant, les chercheurs veulent comprendre si ces changements peuvent être réversibles avec une perte de poids comme par chirurgie de bypass ou sleeve gastrique.